• Travel Mate

Le coup de coeur de Camille: le Kenya ! 🇰🇪




Jambo ! (Salut en swahili) Il ne m'aura fallut que 3 mois au Kenya pour tomber amoureuse du pays et me donner l'envie de découvrir l'Afrique toute entière !


Camille Daudignac,

ambassadrice Californie, Madrid et Kenya et Ă©tudiante Ă  Paris School Of Business. Instagram: @camilledaudi



Dans quel cadre tu es parti la bas ?

L’idée de partir vivre au Kenya pour faire un stage m’est venue lors de mon échange à Madrid que j’ai effectuée pour mon second semestre de Master 1. En tant qu’étudiante en master International Business à Paris School of Business, je m’étais déjà fait à l’idée qu’il serait bien plus intéressant et enrichissant de trouver un stage à l’étranger plutôt qu’en France. J’ai toujours été très intriguée par le continent Africain et mon expérience au Kenya a davantage éveillé ma curiosité et mon envie de le découvrir !  Février 2019, j’étais décidée. Il fallait que je trouve un stage à Nairobi. J’ai alors commencé mes recherches et après des jours de recherches j’ai trouvé LE stage idéal : Assistante de création dans une boite de production. J’ai alors effectué un stage de 3 mois chez Backdrop une maison de production de contenu qui fournit à ses clients des services sur-mesure pour répondre aux besoins visuels, des restaurants, des hôtels, lodges, réserves naturelles et pleins d’autres ! C’était absolument génial, je pense que je n’aurais pas pu trouver mieux. J’ai alors eu la chance de pouvoir voyager à travers le pays et découvrir un métier que je ne connaissais pas et qui m’a beaucoup plu. 

Photo de groupe avec mes collègues :

Mon boss en bas Sam, Robert Ă  ma gauche, Lailah, puis Elvis Ă  droite.


Qu'est-ce que tu as aimé sur place ? Il faut savoir que la vie à Nairobi c’est un safari, urbain, mais safari quand même. Avec ses bons et moins bons côtés. Une fois arrivée sur place, je suis tombée sous le charme…


Je suis restée à Nairobi seulement 3 mois, mais cela restera dans mon cœur pour toujours. La beauté et la diversité des paysages, les fruits abondants sur les marchés, car en effet, on peut trouver des fruits et légumes très variés. Mais surtout, la gentillesse d'un peuple fort et chaleureux. La longue histoire du pays est un réel plaisir d’une expatriation là-bas. Nairobi a une vie sociale très active. Il est impossible de résister à la musique africaine. Il y a de nombreux bars et restaurants, certains lieux sont très authentiques la nightlife est assez importante à Nairobi, et les gens sortent beaucoup. 

Il y a deux langues officielles au Kenya : l'anglais et le swahili. Le swahili autrement appelé le kiswahili est très agréable et plutôt facile à apprendre. Les Kenyans aiment beaucoup quand on leur parle dans cette langue, ça m’a beaucoup amusé d’apprendre quelques mots lors de mes échanges avec eux.  Concernant le temps, il fait bon en journée et frais le soir ; comme il fait plutôt frisquet en soirée, cela influence la vie sociale de tous. Du coup, on vit moins dehors qu’ailleurs en Afrique, que ce soit pour les locaux, ou pour les expats. Cela permet des tas d’activités, de ne pas avoir à se préoccuper de la malaria. J’avais pris de quoi me protéger du paludisme, mais je n’ai quasiment jamais eu à la prendre sachant qu’il n’y a pas de moustique à Nairobi. 


La capitale kényane se situe à 1 600 mètres d'altitude et offre un climat agréable. Le Kenya étant situé à la latitude de l’Equateur, il fait noir dès 19 h tout au long de l’année. En hiver, les températures descendent jusqu’à 12°.

Côté activité dans la ville de Nairobi, il y a de quoi faire ! Si vous êtes amateurs de golf vous serez aux anges. La ville est aussi parfaite pour les randonneurs, les joueurs de tennis, mais aussi pour prendre des cours de danse, de théâtre, il y a aussi de nombreux concerts de musique…



Ce qui j’ai moins aimé :

Il ne faut pas oublier que Nairobi reste une ville assez dangereuse. Une fois la nuit tombée, je ne sortais jamais seule à pied dans la rue et même en journée parfois même pour des trajets courts il est préférable de prendre un Uber. Les maisons et appartements sont tous entourés de barbelés, de grilles aux portes et aux fenêtres, de clôtures électriques et il y a des agents de sécurité dans toutes les résidences. Il y a de quoi se sentir en sécurité dans un appartement même si nous n’étions pas à l'abri d’un cambriolage, j’ai même rencontré des personnes qui ont été carjacké. Les Kenyans en sont les premières victimes. Malheureusement, la police est sans moyen, mal payée et comme beaucoup de Kenyans, corrompue.


Alors en respectant certaines règles de sécurité, on gère le quotidien mais je trouvais cela parfois lourd le fait de circuler toujours sur mes gardes. Et c’est surement cette liberté de mouvements que j’ai le plus apprécié une fois de retour à Paris. Un autre élément déplaisant, c’est la lenteur des choses à beaucoup de niveaux. La notion de temps, d’anticipation est assez différente. Il faut donc parfois être patient, mais on s’y fait.


Et par-dessus tout, un gros inconvénient : les embouteillages. Les routes à Nairobi sont très souvent en travaux et mal agencées, il faut parfois plusieurs heures pour traverser la ville pendant les heures de pointes. Les bureaux dans lesquels je travaillais se trouvent à Karen, assez excentré du centre. J’habitais à Kilimani et c’était parfois très fatigant de passer autant de temps sur la route. Bien que l’on trouve quasiment de tout dans les supermarchés, les produits importés sont bien plus chers qu’en France. Le Kenya n’est pas un pays bon marché. L’installation n’est donc pas compliquée, mais un peu onéreuse.

Est-ce que tu recommandes d’y aller et pourquoi ?

OUI ! Si une opportunité se présentait à moi, je retournerais vivre là-bas sans hésiter. Le Kenya me manque beaucoup et j’y suis d’ailleurs retournée deux fois pour des vacances depuis mon retour à la fin de mon stage fin septembre 2019. D’ailleurs, je termine mon alternance en octobre prochain et je songe beaucoup à chercher quelque chose là-bas, même si je suis consciente que ça ne va pas être une tâche facile. Ce que j’ai aimé par-dessus tout, c’est la quantité de choses à faire. Des promenades le week-end ou en fin de journée sont disponibles dans la magnifique forêt de Karura Forest et des safaris dans le parc national de Nairobi, le seul parc au monde au cœur d'une ville, habité par des animaux de la savane. La côte est tout aussi belle. Les plages de sable blanc et la mer turquoise de Diani sont idéales pour la plongée, la plongée en apnée et kit surf. Lamu ou encore Mombasa sont de villes historiques incontournables qui se trouvent sur la côte du Pays aussi. Peu de temps avant la fin de mon séjour au Kenya j’ai fait l’ascension du Mont Kenya, qui a été l’expérience la plus incroyable de toute ma vie. Se retrouver un sommet de la seconde plus haute montagne d’Afrique à 5000 mètres d’altitude, tout en ayant les pieds enfoncés dans la neige et en se sentant minuscule, et à la fois fière d’y être parvenue après 3 jours de randonnée éprouvante.



Une expérience inoubliable est la visite du quartier de Karen, ainsi appelé en mémoire de Karen Blixen, l'écrivaine de «Out of Africa». Les parcs nationaux du Maasai Mara ou d'Amboseli sont incontournables et sont tous deux célèbres pour les observations abondantes de lions, léopards, zèbres, girafes, éléphants….


Ces 3 mois au Kenya m’ont permis de découvrir la vie d’expatrié qui est très appréciable. De faire de nombreuses rencontres, la communauté expatriés francophone y est en effet importante et solidaire. Cette aventure à Nairobi, a été pour moi la découverte d’un Pays magnifique avec une culture et une histoire passionnante qui invite les expatriés au dépaysement total.

Un conseil une fois sur place ?

Nairobi est une ville animée où l’on trouve de nombreux restaurants : le Carnivore est un restaurant typique ou l’on peut y déguster tout type de viande (y compris du crocodile). Le Inti est un restaurant gastronomique asiatique qui offre une vue en 360 sur toute la ville. Je vous conseille aussi Mama Rocks, Anjole, Chez Sonia (si la charcuterie et le vin vous manquent), Asian Garden, Bao Box, Nyama Mama, Chop House, Art Bronze, Hob house… On peut également trouver des bars à tapas, sea food restaurant… bref, le choix est large !

Pour boire un verre/sortir : Alchemist, J’s, Four point (Rooftop). Mais par-dessus tout le Dagoz, c’est un petit bar avec une capacité de personnes assez limité mais l’ambiance est juste incroyable. Des groupes de musiques locaux viennent tous les jeudis et samedis soir. Ce que je préfère dans cet endroit, c’est le fait que les expatriés et les locaux se mélangent vraiment et l’ambiance est au rendez-vous !

Bref, le Kenya est un pays merveilleux. Si cet article vous a donné envie d’y aller, alors je vous souhaite une aventure tout aussi inoubliable que celle que j’ai vécue ! N’hésitez pas à me contacter si vous avez des questions ou si vous avez besoin de recommandations supplémentaires.

Kwaheri ! ( Au revoir en swahili)








Vous avez encore des questions ? Vous pouvez contacter Camille sur Facebook : Camille Daudignac ou Instagram : @camilledaudi