• Travel Mate

Les valeurs au travail Ă  l'international đŸ—ș

Vous rĂȘver de travailler dans un dĂ©cor qui tranche avec votre cadre français ? De bousculer vos petites habitudes, vos modes de fonctionnement ?


Travailler dans un pays Ă©tranger n’est pas toujours chose Ă©vidente, encore plus lorsqu’on ignore tout des valeurs principales des autres pays. TrĂšs vite, un petit quelque chose peut-ĂȘtre mal interprĂ©tĂ©, dans un sens ou dans l’autre.

Voilà pourquoi aujourd’hui, on vous propose de voir ensemble les valeurs les plus importantes concernant certains pays :


- L’Espagne

- Le Portugal

- L’Italie

- L’Angleterre

- L’Allemagne

- Les USA

- Le Canada

- L’Australie

- Le Japon

- La Corée

L’Espagne, ou son esprit de lien ⛓



Comme on le devine facilement, l’Espagne possĂšde un fort aspect social. L’idĂ©e derriĂšre ? Un besoin de connaĂźtre un minimum la personne avec qui un travail va s’effectuer. Pour cela, ils n’hĂ©sitent pas Ă  prendre le temps d'en savoir plus Ă  propos de quelqu'un, que ce soit un nouvel arrivant, ou bien un interlocuteur avec qui se nĂ©gocie un contrat.

Une valeur de l’Espagne, donc : son esprit chaleureux, convivial, prĂȘt Ă  crĂ©er des liens.

On peut aussi noter un certain Ă©quilibre entre la vie professionnelle et personnelle. Bien souvent, les heures de travail sont amĂ©nagĂ©es pour la sieste pendant les heures chaudes, ou pour profiter davantage de l’étĂ© avec des journĂ©es plus courtes pendant cette saison (contre des journĂ©es plus longues, plus tĂŽt dans l’annĂ©e)


Le Portugal, ou la promesse de se sentir à l’aise  😎


La valeur professionnelle principale au Portugal ? L’empathie. L’objectif : faire en sorte que la personne en face se sente bien, Ă  l’aise. C’est un aspect que beaucoup lĂ -bas recherchent dans leur travail (un bon cadre, avec de bon collĂšgues, pas de pression venant du manager...). En conclusion, un grand nombre tient Ă  installer un bon climat pour un interlocuteur, et Ă  mettre celui-ci directement Ă  l’aise. Etre accueillant, aimable et sociale est trĂšs vite une seconde nature de maniĂšre gĂ©nĂ©rale.



L’Italie, ou un climat de confianceÂ đŸ„°



Si en Espagne, l’esprit convivial naĂźt d’une envie d’en savoir plus Ă  propos d’un futur collaborateur, pour l’Italie, c’est davantage afin d'instaurer un contexte de confiance au travail. Ceci est essentiel lĂ -bas pour une bonne relation professionnelle. En Italie, sur le long terme, les collĂšgues de travail deviennent souvent comme une seconde famille. D’oĂč l’importance de possĂ©der de bonnes bases de relations avec une nouvelle personne.



L’Angleterre, ou la tenue professionnelle en toutes circonstances



En Angleterre, le tout est de garder une posture professionnelle. Comment ? En ne ramenant pas une question pour un entretien d’embauche sur un sujet personnel par exemple. Ou alors, en adoptant ce petit quelque chose que possùdent ceux qui vous entourent.

Ce n’est pas exactement de la politesse, ni non plus de la retenue.

Ce dĂ©tail qui fait qu’ils Ă©vitent les conflits, de se confronter directement. Ils s’expriment en douceur sans brusquer personne. Pour un Français, cela peut, certes, crĂ©er de la frustration (quand on doit garder pour soi ses Ă©motions ou notre petite colĂšre, et l’exprimer plutĂŽt calmement), et d’un autre cĂŽtĂ©, le travail s’effectue dans un climat plus serein (testĂ© et approuvĂ©).


L’Allemagne, ou la responsabilitĂ© du collectif đŸŠžâ€â™‚ïž


gif


En Allemagne, l’entreprise est vue comme quelque chose de collectif. Le travail d’un employĂ© n’est pas rĂ©alisĂ© de maniĂšre individuelle, pour un bĂ©nĂ©fice simple. Il est reliĂ© aux autres branches dans l’entreprise. Le travail de chacun peut avoir des consĂ©quences, bonnes ou mauvaise, sur celui des autres. Par exemple, si vous arrivez en retard Ă  une rĂ©union, c’est sur toute la boite que cela se rĂ©percute. Le schĂ©ma de raisonnement est le suivant : « si je travaille mal, je cause du tort au groupe en gĂ©nĂ©rale ».


Un autre aspect, plus reliĂ© Ă  la culture ici : le manager perçu comme un guide plutĂŽt qu’un chef. Votre manager ne sera pas lĂ  pour vous dire ce qu’il faut ou ne pas faire, vous punir, ou vous rĂ©compenser. Il est dĂ©signĂ© Ă  vos cĂŽtĂ©s pour vous expliquer comment rĂ©aliser vos objectifs, vous montrer les aspects pratiques et concrets de votre job. Votre manager a fait votre travail Ă  votre place avant. A prĂ©sent, il sait comment l’effectuer : il vous transmet son savoir.


Enfin, la plupart des employĂ©s en Allemagne travaillent de maniĂšre indĂ©pendante. Attention, indĂ©pendance ne signifie pas individualisme : le travail Ă  plusieurs se fait toujours, en toute autonomie. Ce qui dĂ©coule un peu de l’aspect manager-guide.


Les Etats-Unis, ou la valeur de la franchise  🗣




Si en Angleterre, il est mal vu de confronter quelqu’un en pleine rĂ©union, au Etats-Unis, c’est la sincĂ©ritĂ© qui est mise Ă  l’honneur. En cours, si un Ă©lĂšve possĂšde un avis diffĂ©rent du professeur, il peut tout Ă  fait l’interrompre pour exposer son point de vue. L’enseignant n’est pas perçu comme celui qui en sait plus que sa classe. Disons plutĂŽt qu’il expose ce qu’il sait, ses connaissances propres.


Les AmĂ©ricains accordent Ă©galement beaucoup d’importance Ă  l’indĂ©pendance. Il est assez courant que les jeunes se mettent Ă  travailler pour subvenir eux-mĂȘme Ă  leur dĂ©penses dĂšs qu’ils sont assez ĂągĂ©s pour le faire.



Le Canada, ou l'orientation solutions 🧑‍🔬


gif

Le Canada se dĂ©marque pour son esprit d’équipe, et orientĂ© rĂ©sultats. Une valeur importante au travail dans le pays Ă  la feuille d’érable : avoir une certaine force de proposition. Quelque chose Ă  redire sur l’organisation ? Une faille quelque part dans le systĂšme ? Aucun souci pour le reporter, Ă  la condition de proposer une solution concrĂšte pour ça.


Les Ă©quipes coopĂšrent entre elles, ce qui implique une certaine dose de responsabilitĂ© sur le travail (ce n’est pas seulement pour un but individuel que le travail doit ĂȘtre rendu : il bĂ©nĂ©ficie Ă  toute l’équipe). Comme en Allemagne, cela ne signifie pas que tout le monde travaille en groupe dĂ©pendant les uns des autres : l’indĂ©pendance est de mise Ă©galement ici.


Au Canada, on accorde aussi beaucoup d’attention Ă  la ponctualitĂ©, que ce soit pour une rĂ©union (oĂč les participants arrivent trĂšs souvent 5 Ă  10 minutes en avance pour se prĂ©parer) ou pour un dossier Ă  rendre par exemple. Contrairement Ă  plusieurs pays asiatiques, il ne sera pas bien vu en revanche de faire des heures supplĂ©mentaires : loin de montrer une forte motivation pour son travail, cela est davantage perçue comme un manque d’organisation de votre part pour terminer votre travail Ă  temps.


Le Canada est aussi un pays oĂč l’égalitĂ© hommes / femmes est flagrante : on retrouve beaucoup de femmes dans les entreprises, Ă©galement Ă  haut postes. Il est aussi trĂšs important que les salaires soient les mĂȘmes d’un sexe Ă  l’autre.



Le BrĂ©sil, ou une flexibilitĂ© Ă  tout Ă©preuveÂ đŸ€™


gif


Dans ce pays de l’hĂ©misphĂšre sud, on possĂšde moins, Ă  l’instar de beaucoup d'autres, une volontĂ© de contrĂŽle sur les projets professionnels. On rĂ©agit face Ă  l’obstacle au cas par cas, quand celui-ci se prĂ©sente, et non pas avant sa venue par anticipation. Peut-ĂȘtre compliquĂ© Ă  concevoir pour notre culture oĂč on cherche Ă  anticiper les problĂšmes de transports pour ne pas arriver en retard au bureau.


Toutefois, ce mode d'action a l’avantage de mettre en avant une valeur bien utile dans la vie professionnelle : une forte capacitĂ© d’adaptation en toute circonstances. Le BrĂ©silien ne se prend pas la tĂȘte face au premier problĂšme venu, et transmet au contraire une Ă©nergie positive avec un enthousiasme pour chaque projets prĂ©sentĂ©s. Attention Ă  ne pas prendre son « oui » motivĂ©s Ă  bloc pour un engagement toutefois...


L’Australie, ou la culture bienveillante  😍