From LA to le 78, merci le COVID 🩠

2019, fin des Ă©tudes, dĂ©but de mon activitĂ© professionnelle en tant que jeune diplĂŽmĂ©e dans une agence Ă©vĂ©nementielle. Je suis jeune, dĂ©terminĂ©e, sans attache et avide d’aventure, le boulot, je le retrouverais plus tard. L’évĂ©nementiel, ce n’est pas ce qu’il manque ! 🎒


AprÚs réflexion, 2020 semble une belle année : nouvelle décennie, nouveaux challenges 



C’est dĂ©cidĂ©, je pars Ă  l’aventure ! Direction la Californie pour 3 mois de road trip solo, avec ma valise et mon appareil photo. ✈ En rentrant, je travaillerais un peu Ă  Roland Garros et le Tour de France, en attendant mon visa Canadien.




Ma To-do-list est fin prĂȘte pour ce voyage : drive-in, stand de tir, visite des studios hollywoodiens, shopping Ă  Beverly Hills, sĂ©ance bronzette Ă  Palmspring, spectacle Ă  Vegas, randonnĂ©es Ă  Yellowstone, le Grand Canyon, la zone 51, la route 66, rencontrer du monde et les suivre dans de petites villes, et en derniĂšre Ă©tape, rejoindre une amie Ă  San Francisco. 🌉 Et pour combler le tout, mes collĂšgues m’ont offert les billets pour Universal Studio. Le rĂȘve !


Je commence par une semaine Ă  San Diego, mon QG pour cette aventure. Je pars ensuite Ă  Vegas pour mon anniversaire en faisant un petit stop de 2 jours Ă  Los Angeles – pas besoin de plus, c’est mon point de dĂ©part de toutes mes destinations futures, j’ai le temps de visiter. 🙄



De retour de Vegas avec mon escale au Grand Canyon, et quelques stops dans de petites villes de la route 66, je retourne quelques jours Ă  San Diego essayer de faire un peu de surf.


Nouvel hostel, nouvelles rencontres. Malheureusement, les bars commencent Ă  fermer un part un. On voit sur les mĂ©dias que c’est la panique en Europe avec un certain « Coronavirus ». Ici, ça commence Ă  ĂȘtre la panique : rupture des stocks dans les magasins d’armes, papier toilettes – eau et nourritures sont pillĂ©es, les musĂ©es ferment un Ă  un etc. 🩠


AprĂšs avoir profitĂ© de la derniĂšre soirĂ©e oĂč l’ouverture des bars Ă©tait encore autorisĂ©, c’est la panique dans mon hostel. Tout le monde a pris son billet retour – que ce soit en AmĂ©rique du sud, au nord, en Europe ou en Afrique. Tout le monde cherche un moyen de rentrer chez soi. 🏠


Le 16 mars, 14h, je regarde sur mon tĂ©lĂ©phone dans la voiture l’allocution de Macron. Ça y est, la France est confinĂ©e d’ici quelques jours
 Je dois rentrer au plus vite avant d’ĂȘtre bloquĂ©e.


ProblĂšme : plus que 2 avions au dĂ©part de Los Angeles pour Paris – dont 1 vol sur 2 annulĂ© 24h avant le dĂ©part. C’est la roulette russe 
 đŸ”«


AprÚs avoir passé 3 jours 20h/24 avec Air France au téléphone en attente, je réussi par miracle à avoir la derniÚre place du dernier avion qui est dans 2 jours.

Tout s’accĂ©lĂšre, il faut que je rassemble mes affaires, rĂ©serve un hĂŽtel dans l’aĂ©roport, et puisse arriver jusqu’à L.A sans encombre.


AprĂšs beaucoup de stress et un maximum de sueurs froides avec mon avion dĂ©clarĂ© avec 2h30 de retard, je souffle enfin assise. 12h de vol, personne ne porte de masque, ce virus a encore l’air irrĂ©el.


ArrivĂ©e le lendemain Ă  Paris, je repars vivre chez mes parents en banlieue – Ă©videmment, j’avais coupĂ© les abonnements de mon appartement 
 From Los Angeles to 78. Le choc a Ă©tĂ© brutal. Les klaxons et toute cette agitation m’ont manquĂ©.


Ce voyage m’a beaucoup appris, je ne regrette absolument pas, je suis beaucoup frustrĂ©e de toutes ces activitĂ©s prĂ©vues que je ne pourrais pas faire avant un moment. Ces personnes formidables que je ne rencontrerais jamais sur ma route. đŸ€



Malheureusement, je pense que ce qui arrive n’est que le dĂ©but, et que plus rien ne sera plus comme avant. Mais le voyage nous permet de nous pousser, d’apprendre, de nous respecter, de s’émerveiller et de nourrir nos vies. Il faut continuer quoi qu’il arrive – tout en respectant les prĂ©cautions et les demandes de chacun.

Au final, partir seule, sans prévoir et dépendre des rencontres est hyper satisfaisant. Cela nous permet de voir des choses sans contraintes de temps, de vraiment prendre le temps de visiter des recoins pas forcément touristiques. Je n'ai pas eu un seul moment de solitude malgré ce que l'on peut croire. Tu prends du temps pour toi, tu découvres et tu te recentres sur ce qui est vraiment important. Alors que je ne suis pas du tout solitaire de base !

Toute cette expĂ©rience ne m'a pas dĂ©moralisĂ©e ! AprĂšs le confinement, j'ai retrouvĂ© du travail, chez un ancien employeur qui me permets de rĂ©aliser mes projets et de m'impliquer dans une marque et crĂ©er des modĂšles. 🚀

Cela m'a Ă©galement permis de commencer un projet entrepreunarial. Los Angeles m'a beaucoup inspirĂ© 🙏

See U later Cali ! Miss U đŸ–€






Merci Camille pour ce tĂ©moignage ✈

Insta : @cam_sear